Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/10/2017

Tour d'horizon de la consommation de drogues sur le lieu de travail.

Cela va sans doute vous surprendre mais chaque métier, chaque corporation a son addiction. Si les films hollywoodiens nous ont souvent montré des traders, le nez blanchi de cocaïne et gesticulant dans leurs salles des marchés tout en brassant des sommes folles, la réalité est tout autre et la cocaïne se consomme aussi à quatre heures du matin dans la petite boulangerie de votre quartier.   

Une étude sur les principales substances psychoactives tel que le tabac l’alcool ou encore les amphétamines et le cannabis, nous éclairent grandement sur la consommation de stupéfiants et d’autres produits addictifs selon le milieu professionnel.

L’INPES (Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé) a donc mené une étude approfondie sur le sujet pour aboutir à un baromètre de la situation et tenter d’alerter les pouvoirs publics sur un phénomène en pleine expansion.

Il apparait, par exemple, que les métiers de la construction, les pécheurs et les agriculteurs sont les plus portés sur l’alcool avec une consommation dépassant largement la moyenne. Cette consommation chute énormément lorsqu’il s’agit de métiers éducatifs ou en rapport avec la santé.

consommation-de-drogues.jpg

C’est la cocaïne qui pose le plus de problème puisqu’elle se démocratise et tend à être répandu dans différents secteurs professionnels, en particulier les métiers à forte pénibilité. La chute du prix d’acquisition qui a été divisé par deux rend cette drogue plus accessible et de nombreuses personnes interrogées avouent en consommer régulièrement sur leur lieu de travail.

Afin d’être efficace et performant, 10 % des employés de l'hôtellerie et de la restauration en consomment régulièrement.

La médecine du travail alerte régulièrement le ministère de la santé sur l’explosion du nombre des arrêts de travail en rapport avec des chirurgie correctrice du nez. Ces demandes seraient en rapport direct avec la consommation de cocaïne.

Comme on pouvait s’y attendre la consommation de cannabis est plus répandu dans le domaine des arts et du spectacle puisqu’elle est la plus tolérée des drogues et la plus consommé. Elle reste cependant extrêmement limitée dans l'administration publique et dans le secteur des services à la personne.

Il apparait donc clairement que la consommation de drogues au travail n’est pas réservée qu’à une élite ayant les revenus nécessaires pour une consommation régulière mais qu’elle touche surtout les catégories socio-professionnelles les plus précaires, celles qui paradoxalement ont le moins de revenus et qui ont des métiers manuels pénibles. Cette dernière donnée explique pourquoi les femmes sont d’ailleurs moins touchées que les hommes par cette consommation de stupéfiants.

11:41 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.